25 juin 2006

un reclassement

PERSONNELS DE CATEGORIE C
UN RECLASSEMENT EN TROMPE L’OEIL QUI NE TROMPE PERSONNE

Les agents de catégorie C (agents hospitaliers, aides-soignants, agents et adjoints administratifs, personnels ouvriers..) ont été reclassés depuis le 1er mai avec effet au 27 février 2006.

De quoi s’agit-il ? Les salaires des fonctionnaires comme ceux du privé subissent depuis des années un retard de plus en plus important par rapport à l’évolution du coût de la vie. Ceci a pour conséquence que le salaire d’une partie de plus en plus importante des agents de la Fonction Publique finit par être rattrapée par le SMIC, du 1er au 4ème, voire au 5ème échelon.

On a donc assisté depuis quelques années à un tassement vers le bas du salaire d’un nombre d’agents de plus en plus nombreux, situation, bien sûr, inacceptable.

Au lieu de répondre aux revendications des personnels et à Force Ouvrière qui exige une revalorisation de l’ensemble des grilles indiciaires afin de permettre un rattrapage de la perte du pouvoir d’achat, tout en respectant les qualifications, le gouvernement a procédé à une fusion de la grille indiciaire n°2 dans la grille indiciaire n°3 et un rééchelonnement des grilles 3, 4 et 5.

Ce rééchelonnement s’est traduit dans le concret par un « reclassement » se traduisant par un abaissement d’échelon pour bon nombre d’agents et par voie de conséquence par un allongement de la durée de carrière (30 ans au lieu de 24 ans par exemple).

POUR CERTAINS, JUSQU'A 10 ANS D’ANCIENNETE REDUITS A NEANT

Pire, un certain nombre d’agents qui étaient par exemple au 4ème échelon de l’Echelle 2 avec une ancienneté acquise au 01/08/2004 (donc avec près de 10 années de carrière) se retrouvent purement et simplement au 2ème échelon sans aucune ancienneté, au même niveau que des agents qui viennent de rentrer dans la Fonction Publique.

Cela déclenche à juste titre la colère chez ces agents qui voient leur ancienneté réduite à néant.

Certes, aucun agent n’a vu baisser l’indice net majoré qui sert de base de calcul à son salaire. Donc personne n’a été lésé sur le moment. Certains ont même pu bénéficier d’une petite amélioration de cet indice, notamment en début de carrière.
Mais ces gains sont petits et le problème principal réside dans le fait que la durée de la carrière est allongée, et l’ancienneté supprimée pour certains.

Sachant que l’on entre de plus en plus tardivement dans la Fonction Publique, un allongement de la carrière va rendre encore plus difficile la possibilité aux agents de pouvoir arriver au dernier échelon avant de partir en retraite.

Il s’agit donc d’un reclassement en trompe l’œil qui ne peut satisfaire personne et qui surtout inquiète et interroge bon nombre d’agents qui, à juste titre, n’y ont pas compris grand-chose dans ce reclassement, sinon qu’ils ont vu sur leur fiche de paie leur échelon baisser.

IL FAUT AUGMENTER LES SALAIRES ET REVALORISER LES GRILLES

Pour Force Ouvrière, la question des salaires reste une question vitale pour des millions de fonctionnaires et de salariés dont le pouvoir d’achat a fondu de façon inversement proportionnel aux prix de l’essence, des logements et du chauffage…
C’est pourquoi FORCE OUVRIERE continue d’exiger :
L’augmentation générale des salaires par

-L’augmentation de la valeur du point d’Indice avec rattrapage minimum de 5% des pertes de pouvoir d’achat depuis 2000 
-La revalorisation des grilles indiciaires dans le respect des qualifications et des statuts
-La fin des quotas et autres mécanismes limitant l’accès aux classes supérieures, principalats…

Ce sont ces revendications que la Fédération Force Ouvrière revendique et défend lors des négociations qui se déroulent actuellement avec le ministère de la santé.

Posté par fo saint louis à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur un reclassement

Nouveau commentaire